samedi 14 novembre 2009

Phare


                                   
                                Phare

Dans le filigrane de la plage, je fais des petits pas,
De pas timides, des pas de lâche.

Voilà mes traces qui s’égrènent dans les sables
Infiniment divisés par le mouvement coriace des vagues

Au va-et-vient.

Jalonnée par des digues, enfuie dans la marée, j’effleure
Les striations d’une coquille -

Dure, entêtée -  une forteresse grise et blanche qui,
Emmurée par la brise, se voit de loin, rabougrie par les flots,

Jetée entre les balises et la lumière atterrée d’un faux phare.

Aucun commentaire:

Messages les plus consultés