jeudi 3 décembre 2009

Nemours



               Nemours


On m’évite comme la peste.
Doux, clinquants odeurs d’automne
se mélangent dans mes cheveux
comme si j’étais prête pour le bûcher.

Tout le monde connait mon péché.
On me soupçonne -vile sorcière au balai argenté.
Je suis, eh bien, oui, tombée amoureuse d’un personnage de roman.
C’est vrai.

Ca ne se fait pas,  on me reproche.

Lisez toujours, on me conseille,
mais rapprochez-vous un peu de la réalité.

Perdez la notion qu’on peut trouver
quelque chose d’autre que de la littérature
dans la Princesse de Clèves.

Aucun commentaire:

Messages les plus consultés