mercredi 27 janvier 2010

Histoires


                     Histoires

Un inventaire de petites plumes,
des cailloux, insérés dans la chair du sens,
et à peine cousus
dans l’ourlet de lumière

qui fait remuer la poussière dans les corridors
de la maison.

Des histories dans lesquelles notre imagination s’accroche,
dans les fragments du désir,
et la légèreté de ta paume,

musique répétitive,
torrent
d’une harpe.

2 commentaires:

Loran a dit...

J'aime beaucoup cette évocation... je vois ce rayon de lumière passer au travers d'une harpe qu'on frôle
soupirant quelques douces notes justes à peine plus audibles que les froissements de tissus que l'on effleure en cette fin de matinée d'un dimanche de printemps...

Irina a dit...

Très beau commentaire, Loran, et à point…
Oui, la fin de la matinée,lundi-mardi, et les sons de harpe qui s’échappent en torrent, une fuite vers l’avant…une libération…

Merci beaucoup

Messages les plus consultés